Accessibilité : l’optimisation méconnue

10/05/2019

Aucun commentaire

La première fois qu’on m’a parlé d’accessibilité, il y a une douzaine d’années (certains d’entre vous étaient encore au Club Mickey), j’avoue volontiers que le sujet m’était totalement étranger. Mais quand on travaille sur des projets digitaux s’adressant au grand public et à de larges audiences, l’accessibilité n’est pas une option. C’est l’assurance que le site, son contenu et ses fonctionnalités seront utilisables par le plus grand nombre.

Néanmoins je ne cesse de m’étonner ! En effet le sujet reste largement méconnu tant par les développeurs que par les responsables métier. Petite session de rattrapage pour tout public !

L’accessibilité en deux mots

Rendre un site web accessible, c’est permettre à tous d’avoir accès à son contenu, de pouvoir le comprendre et interagir avec. Par tous, on entend notamment les utilisateurs en situation de handicap. Quand on ne peut pas voir correctement un site, lire ses textes ou visualiser les photos, c’est l’ouïe qui prend le relais avec des logiciels type Voice Over qui vont littéralement “lire” à voix haute le site internet. Si celui-ci n’a pas été optimisé un minimum, cela se révèle extrêmement dur de s’y retrouver, voire carrément impossible de comprendre le fonctionnement du site.

Rendre ses contenus accessibles

Le sujet est identifié depuis des lustres puisque dès 1996 la W3C a lancé un projet de recommandations pour rendre les contenus accessibles à tous (WAI). Les principaux leviers sont les suivants :

  • l’attention portée aux contrastes des couleurs (principe de lisibilité), et à la portée de leur signification pour la compréhension des contenus (si un élément rouge indique une alerte, la couleur ne doit pas être le seul vecteur de l’information)
  • l’organisation des contenus et l’ordre de navigation (la bonne vieille balise HTML tabindex !) pour prendre en compte l’utilisation du clavier
  • l’ajout d’informations alternatives non-visuelle – les fameuses balises alt que l’on connaît déjà pour le référencement – mais aussi les label de champs dans les formulaires
  • la prise en compte des différents états des éléments interactifs (tabs, liens, boutons) pour matérialiser les états de survol, de sélection, de désactivation.

De nombreux guides existent, par exemple cet article sur la prise en compte de l’accessibilité dans le design.

C’est si simple ?

Bon, clairement si c’était si simple, on aurait pas besoin d’en parler dans un article pour en rappeler l’importance. Souvent l’accessibilité est associée à des contraintes à la fois sur le design et dans le développement technique.

Pourquoi ? On commet souvent l’erreur de s’inquiéter de l’accessibilité en fin de projet. C’est alors beaucoup plus dur d’optimiser ses contenu et son code HTML et le développeur accueille rarement cette phase d’optimisation avec joie et allégresse.

L’utilisation largement répandue de librairie JS induit aussi un biais : si celles-ci ne sont pas optimisée il sera très difficile de corriger leur comportement (datatable par exemple).

En revanche, si l’accessibilité a été pensée dès le départ – et si les différents acteurs du projets connaissent le sujet – l’optimisation n’est plus une barrière infranchissable. Et plus on connait le sujet, plus c’est facile !

Excellent article sur le sujet : l’accessibilité, ce n’est pas si dur !

Evaluer et améliorer l’accessibilité

Pour rentrer dans le sujet, il est aussi intéressant de pouvoir évaluer le niveau actuel d’un site par rapport aux recommandations d’accessibilité. D’expérience, la norme qui revient le plus souvent est la WCAG (recommandations) et la WAI-ARIA (pour les interactions). Cette dernière norme explique l’existence des tags “aria” que l’on rencontre un peu partout dans le code HTML / JS : ces balises permettent de transmettre des informations complémentaires non visibles aux logiciels d’accessibilité.

Deux ressources intéressantes pour tester et progresser :

Enfin pour passer à la vitesse supérieure dans le cadre de gros projets, des sociétés de consulting spécialisée dans l’accessibilité peuvent réaliser un audit accompagné de recommandations précises. C’est un budget qui n’est pas à la portée de tous mais qui peut se justifier sur un projet d’envergure.